Archives du mot-clé Catherine de Bar

Une plaque en mémoire de Catherine de Bar

 

Le religieuses prient dans la chapelle
Photographies de Marc Fourniquet

Une plaque a été installée dans le chœur de la chapelle Saint-Roch, lieu que fréquentait régulièrement il y a près de quatre siècles la déodatienne Catherine de Bar.

Née à Saint-Dié en 1614, elle a fondé à Paris en 1651 la congrégation des Bénédictines de l’Adoration perpétuelle du très Saint-Sacrement qui compte plusieurs monastères dans le monde.

Des religieuses de Rosheim étaient d’ailleurs présentes lors de la cérémonie organisée le 14 octobre dernier à la chapelle Saint Roch. Elles étaient accompagnées de Sœur Marie-Véronique du monastère de Rouen à qui est revenu l’honneur de dévoiler la plaque.

 

Photo de la plaque

Cette plaque indique :  » La très Sainte Vierge notre Mère a pour nous des tendresses insoupçonnables. Abandonnons nous à l’ombre de sa protection. Catherine Mectilde de Bar (1614-1698). Fondatrice des Bénédictines de l’Adoration perpétuelle du très Saint-Sacrement, venue quotidiennement, enfant, prier dans cette chapelle. »

Après la cérémonie les participants se sont retrouvés autour du verre de l’amitié.

Photo des participants

Pour en savoir plus sur Catherine de Bar :

Catherine de Bar, une familière de la chapelle

Pour voir davantage de photographies sur la cérémonie, cliquez  sur le lien suivant : Catherine de Bar – Chapelle Saint Roch – 17 octobre 2017. Merci à Marc Fourniquet qui nous a fourni ses clichés.

Dévoilement d’une plaque en l’honneur de Catherine de Bar le mardi 17 octobre à 16 heures

Portrait de Catherine de Bar
Catherine de Bar

La Déodatienne Catherine de Bar, née en 1614, était une familière de la chapelle. Elle a fondé une congrégation de religieuses bénédictines.

Une plaque sera posée à la chapelle en son honneur le mardi 17 octobre à 16 heures en présence des sœurs bénédictines du monastère de Rosheim.

Initialement, cette plaque devait être dévoilée le mercredi 11 octobre, mais du fait de l’indisponibilité des religieuses à cette date, la cérémonie est reportée mardi 17 octobre.

Pour en savoir plus sur Catherine de Bar : https://www.chapelle-saint-roch.fr/2016/08/08/catherine-de-bar-une-familiere-de-la-chapelle/.

Photo d'un groupe de bénédictines le 12 mars 2014 lors de l’inauguration des vitraux
Les bénédictines à la Chapelle le 12 mars 2014

Catherine de Bar, une familière de la chapelle

Portrait de Catherine de Bar
Catherine de Bar

Fille de Jean de Bar et Marguerite Guillon, Catherine de Bar est née à Saint-Dié le 31 décembre 1614, dans une rue correspondant à l’actuelle rue Thiers. Elle est la troisième de six enfants. Catherine était atteinte d’une maladie des yeux et sa mère invoqua avec succès sainte Odile.

Elle fréquente assidûment la cathédrale, alors église des chanoines de Saint-Dié, ainsi que la chapelle Saint-Roch, à l’époque encore dédiée à Notre Dame d’Ortimont (lire en fin d’article).

Catherine de Bar entre au monastère des Annonciades de Bruyères, où elle émet des vœux en 1633. Sous le nom de sœur Saint Jean l’Évangéliste, elle devient la sous-prieure du couvent à 19 ans , puis la prieure à 20 ans .

En raison de la guerre de Trente ans, débutée en 1618, Catherine de Bar connaîtra alors des pérégrinations à travers la Lorraine à Badonviller puis à Commercy, où une partie de la communauté est victime de la peste, avant de revenir à Saint-Dié. En 1939, elle revêt l’habit des Bénédictines de Rambervillers, où elle est entrée comme novice, et fait profession en 1640. Elle est chassée à nouveau par la guerre, et va à Saint-Mihel puis à Paris.

Devenue Mère Mectilde du Très-Saint-Sacrement, du nom d’une mystique allemande du XIIIe siècle, elle fonde à Paris en 1651 l’ordre des Bénédictines de l’Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement; initialement institut, il devient congrégation en 1676. Catherine de Bar meurt à Paris le 6 avril 1698. Entre temps, elle a fondé plusieurs couvents en France (à Toul, Rouen, Dreux… mais pas à Saint-Dié, en raison de l’opposition des chanoines) et à Varsovie.

L’ordre fondé par la déodatienne existe toujours avec des monastères en France (en particulier à Rouen et, plus près de nous, à Rosheim, fondé en 1862), mais également en Italie, en Pologne et en Ouganda. Des religieuses de ces monastères sont venues à plusieurs reprises à la chapelle sur les traces de leur mère fondatrice, et en particulier en 2014, année du jubilé de Catherine de Bar, à l’occasion de l’inauguration des nouveaux vitraux le 12 mars .

Photo des Bénédictines dans la chapelle Saint-Roch le 12 mars 2016
Chapelle Saint-Roch, le 12 mars 2014.

Le lien entre cette religieuse et la chapelle nous est donné par Mgr M. Hervin dans sa biographe intitulée « Vie de Mère Mectilde du Saint Sacrement de Bar ». Il écrit ainsi : « A peu de distance de Saint-Dié, était bâti sur le penchant d’une colline, un modeste sanctuaire dédié à Notre Dame d’Ortimont. Catherine à qui l’on permettait d’aller seule à la messe chez les Capucins, partait un moment avant l’heure, courrait au sanctuaire vénéré, saluait Notre Dame, et se faisant sa petite servante, elle balayait sa modeste demeure, ornait son autel de quelques fleurs, lui adressait de nouveau ses vœux et revenait ensuite en toute hâte, afin de ne pas se laisser découvrir. »

Photos des bénédictines dans les jardins de la chapelle le 12 mars 2014.
Les bénédictines dans les jardins de la chapelle le 12 mars 2014.

Une place de Saint-Dié porte le nom de Catherine de Bar. Elle est située entre la rue d’Alsace et la rue de la Prairie, près de la Maison du XXIème  siècle.

Visite des sœurs bénédictines

Bénédictines 28 mai 2015Le 28 mai dernier, « notre »petite chapelle sise sur la colline d’Ortimont dominant la ville de Saint-Dié a reçu la visite d’une vingtaine de religieuses, appartenant à la congrégation des Bénédictines de l’adoration perpétuelle du Saint-Sacrement.

Pourquoi cette visite des sœurs à la chapelle?

Le lien, c’est la fondatrice de leur congrégation en 1651, Catherine de Bar. Née à Saint-Dié le 31 décembre 1614, elle montait régulièrement à la chapelle Saint-Roch dans sa jeunesse.

Le groupe originaire des abbayes de Rosheim, Rouen, Craon et Arua (Ouganda) était accompagné du père Bernard Couronne. A Saint-Dié, les religieuses ont assisté à un office à la petite église Notre Dame de Galilée et visité la médiathèque municipale où elles ont pu découvrir l’acte de baptême de Catherine de Bar.

Elles ont pu profiter du cadre ensoleillé des jardins de la chapelle pour leur repas de midi avant un temps de recueillement et de prière dans l’édifice religieux.

Déjà présentes le 12 mars 2014 pour l’inauguration des vitraux, elles devraient revenir le 3 juillet prochain pour la présentation officielle des nouveaux badigeons intérieurs de la chapelle.