Archives du mot-clé conférence

Lorsque l’on se nourrissait totalement sur ses champs et ses jardins

Nous publions (voir le lien ci-des) le texte de la conférence « Lorsque l’on se nourrissait totalement sur ses champs et ses jardins » que Claude Thouvenot, ancien directeur de recherche au CNRS, spécialiste de la géographie alimentaire, a présenté le 8 octobre dernier à la chapelle.

LORSQU’ON SE NOURRISSAIT TOTALEMENT SUR SES CHAMPS ET SES JARDINS-Claude Thouvenot-8 octobre 2017

Photo de Claude Thouvenot
Claude Thouvenot mangeant une soupe après sa conférence d’octobre 2016

L’auteur s’appuie sur son expérience personnelle et familiale à La Chapelle-aux-Bois, un petit village de la Vôge, durant les années trente et quarante, à une époque où, sans en parler, l’on mangeait bio et où l’on utilisait les circuits courts de façon quasi exclusive.

les participants dégustant des soupes à la chapelle
Dégustation de soupes à la chapelle

Des soupes appréciées

Le public autour des stands de dégustationPrès d’une centaine de  personnes étaient présentes pour cette deuxième animation consacrée à la soupe par les Amis de la Chapelle Saint-Roch.

Une édition plus riche encore que celle de 2016 avec 17 soupes et potages  préparés par des bénévoles et amis de l’association, dont deux préparations froides qui ont eu autant de succès que les soupes chaudes.

Photo d'une soupe portugaise caldo-verde

Il y en avait pour presque tous les goûts avec soupes douces et d’autres épicées, mais pas trop, avec des soupes d’ici  mais aussi d’ailleurs : Portugal, Pologne, Espagne, Italie, Turquie, Mexique et Inde.

Au total, ce sont prés de 70 litres de qui ont été dégustés par les convives.

Auparavant, la majorité d’entres eux avait pu entendre Claude Thouvenot parler de ce temps pas si lointain où l’on se nourrissait totalement sur ses champs et de ses jardins, à l’image de son village de La Chapelle-aux-Bois dans les années 1930 et 1940. Une époque difficile, mais où, notamment grâce au jardin familial, à la basse cour et à quelques arbres fruitiers chacune et chacun pouvait manger à faim, même les plus modestes.

Photo de l'orateur et du public
La causerie de Claude Thouvenot

Le conférencier a également fait revivre les différents acteurs du village, dont le maire et l’instituteur qui avaient eux aussi leur jardin, sans oublier les commerçants locaux dont le cafetier ainsi que le caïfa, le marchand ambulant de sucre et café.

Il a également parlé d’actualité avec les jardins partagés qui se développent dans les villes, petites ou grandes, mais aussi de l’association Terre de liens qui aide des jeunes à créer des fermes à taille « humaine » se consacrant à une agriculture plus respectueuse de la nature, en opposition à celle qui repose sur l’utilisation de produits chimiques, dont les pesticides.

Le caïffa et sa charrette tirée par un chien
Le caïffa, marchand ambulant de café et de sucre

Nous reviendrons dans les semaines qui viennent sur les recettes des différents soupes et potages proposés ce dimanche, tous différents de ceux de l’année dernière.

Dimanche 8 octobre à 17 heures : Ah ! La bonne soupe !

Affiche de manifestationAprès le succès de l’édition 2016, les Amis de la Chapelle Saint-Roch renouvellent leur animation autour de la soupe le dimanche 8 octobre à 17 heures.

On commencera par se nourrir l’esprit avec la conférence de Claude Thouvenot, ancien directeur de recherche au CNRS, spécialiste de la géographie alimentaire et habitué de la chapelle. Le titre complet de cette « causerie » (l’auteur préfère ce terme à celui de conférence) est :  « Lorsque l’on se nourrissait totalement sur ses champs et ses jardins ».

Photo de Claude Thouvenot
Claude Thouvenot dégustant une soupe après sa conférence d’octobre 2016

Claude Thouvenot s’appuiera sur son expérience personnelle et familiale à La Chapelle-aux-Bois, un petit village de la Vôge, durant les années trente et quarante, à une époque où, sans en parler, l’on mangeait bio et où l’on utilisait les circuits courts de façon quasi exclusive.

Photo autour de la soupe à la banane et du bouillon phở (Vietnam)
Dégustation de soupes en octobre 2016

Ensuite, viendra le moment de la dégustation. Une quinzaine de soupes et potages d’ici et d’ailleurs (Europe, Asie et Amérique) seront préparées pour l’occasion par les bénévoles de l’association.

Comme l’an dernier, les recettes seront publiées sur notre site dans les semaines qui viennent.

A l’occasion de cette manifestation, les participants pourront visiter l’exposition de photos de grand format sur les portes et porches de la ville de Philippe Colignon, installée dans les jardins de la chapelle à l’occasion des journées du patrimoine.

 

Dimanche 14 mai à 10 heures 30 – Conférence philosophique d’Olivier Bour

 

Le titre de la conférence d’Olivier Bour « Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres » est extrait du Discours de la servitude volontaire ou le Contr’un, l’oeuvre la plus connue de La Boétie.

Etienne de La Boétie (1530 – 1563) est le contemporain et ami de Montaigne.

Olivier Bour est professeur de philosophie en classes préparatoires au Lycée Poincaré de Nancy.

Photo de la couverture du Discours de la servitude volontaire

Bien qu’écrit au 16 ème siècle, le texte d’Etienne de la Boêtie publié en 1576, reste d’une grande actualité. Réquisitoire contre l’absolutisme qui ne peut exister que grâce à la complicité de certains, il aborde les questions de liberté, d’égalité…

Dimanche 23 avril : Gantois, une épopée déodatienne. Derniers réglages avec l’association « La Poulie. »

L'affiche

Les amis de la Chapelle ont invité l’association La Poulie pour une animation sur « Gantois, une épopée déodatienne« .

Une dernière réunion a eu lieu pour régler l’organisation de cette animation qui aura lieu le dimanche 23 avril à 16 heures.

En voici le programme :

  • exposition dans les jardins,
  • intervention de Philippe Colin sur l’histoire de Gantois, entreprise emblématique de Saint-Dié,
  • projection d’un film,
  • débat animé par Christian Hocquel, président de La Poulie avec témoignage d’anciens salariés, en particulier sur le Centre d’Apprentissage de Gantois,
  • vente de cartes postales et de DVD de La Poulie.

L’entrée est libre.

photo des organisateurs
De droite à gauche : Philippe Colin, Christian Hocquel, Jean-François Riotte et Jean-Louis Bourdon

Santé et charité à la fin du Moyen Âge. Conférence de Damien Parmentier sous le regard de saint Roch

Photo de Damien Parmentier

Dimanche 9 avril, comme à son habitude, Damien Parmentier a tenu son public en haleine lors de sa conférence sur « Santé et charité à la fin du Moyen Âge. Hôpital et léproseries dans le Val de Saint-Dié aux XIVème et XVème  siècles« .

Les documents sur cette période sont relativement pauvres au niveau local, en particulier sur le plan iconographique, mais l’historien a pu partager avec ses auditeurs les connaissances acquises dans les archives du Vatican auxquelles il a pu accéder. Il a également rappelé l’importance du Chapitre de Saint-Dié qui dépendait directement de Rome, et n’était rattaché à aucun diocèse.

Les établissements hospitaliers du moyen âge n’avaient pas la fonction qu’ils ont actuellement. Etablissements destinés à offrir l’hospitalité au sens premier du terme, ils répondaient aux exigences de la charité chrétienne. Et l’hôpital, géré par les religieux, était là pour accueillir et soulager son prochain. Un prochain qui était tout aussi bien l’habitant du territoire, malade ou indigent, que le voyageur de passage que l’on accueillait avec ses animaux de bât, ânes ou chevaux.

La voie de passage principale de la ville étant à l’époque constituée par les rues de la Bolle et d’Alsace, c’est tout naturellement sur cet axe que s’établit dès le XIIIème siècle le premier hôpital déodatien. Situé sur la place du Vieux Marché, l’actuelle place Saint-Martin, il est également hors les murs de la ville, qui est alors entourée de remparts. Cette localisation avait, entre autres, un intérêt sanitaire permettant d’éviter la propagation des épidémies à l’intérieur de la ville. Ultérieurement cet établissement sera doté d’une chapelle qui deviendra le lieu de culte du quartier, puis sera remplacée par l’église Saint-Martin.

Les archives montrent qu’en 1291, le Chapitre de Saint-Dié a un compte spécial pour les indigents pris en charge par l’hôpital et qu’un des chanoines, et non des moindres, a la charge de le gérer avec un budget de 200 florins d’or. A titre indicatif, à cette époque, un bœuf vaut un dixième de florin. Au milieu du XIVème siècle, l’établissement a également un chanoine médecin, alors que ce métier était surtout exercé par des médecins juifs.

 

image de Saint Martin embrassant un lépreux
Saint Martin embrassant un lépreux

Ce n’est qu’en 1725 que le chapitre fera construire, pour une somme de 20 000 livres, un nouvel hôpital. Il occupera le même emplacement jusqu’en 1944, là où se trouve maintenant le lycée Jules Ferry, avant d’être reconstruit dans les années 1950 sur les hauteurs de la ville, avec une mise en service en 1960.

A côté de l’hôpital, sont construites des léproseries. La plus importante était située à La Chenal (route d’Herbaville, sur la droite, au delà du Taintroué), avec une chapelle dédiée à Saint Urbain. Elle avait son propre cimetière, ce qui n’était pas le cas de l’hôpital. Une autre léproserie sera construite rue d’Alsace, vers Sainte Marguerite. Enfin, si la chapelle Saint-Roch est connue pour ses pestiférés, elle a également reçu des lépreux.

La carte de Cassini de Saint-Dié
Carte Cassini avec les emplacements de l’hôpital et des léproseries.

Les lépreux reconnaissables à leur cotte plissée, n’étaient pas initialement des exclus et ils conservaient des droits. Ceux de La Chenal pouvaient également travailler dans les forêts de l’actuel massif de la Madeleine un massif qui leur doit son nom : Marie-Madeleine, disciple du Christ est en effet la patronne des lépreux.

 

Après le retour des croisades, l’attitude va changer vis-à-vis des lépreux, et l’on passe à une politique d’exclusion plutôt que de soins. Le diagnostic de lèpre est posé sur des critères pas forcément rigoureux, englobant d’autres maladies comme le psoriasis. Et la personne reconnue lépreuse « subit » une cérémonie « d’enterrement de vivant » à la suite de laquelle elle est conduite vers son lieu d’hébergement, avec interdiction de s’approcher trop près des gens, de toucher les produits, de circuler dans des rues ou chemins étroits, obligation de se déplacer avec une crécelle… Mais, il y aussi a des abus, et l’on place des délinquants dans les léproseries. Cela ne peut que retentir sur les conditions de vie dans ces établissements, où il se passe des choses pas très « catholiques ».

Lépreux agitant sa crécelle
Lépreux agitant sa crécelle. Barthélémy l’Anglais, Livre des propriétés des choses, France, fin du XVe siècle. Paris BnF.

 

Santé et charité à la fin du Moyen Âge – Conférence de Damien Parmentier. Dimanche 9 avril

ATTENTION : CHANGEMENT D’HORAIRE

Dimanche 9 avril à 16 heures 30, la conférence de Damien Parmentier portera sur le thème « Santé et charité à la fin du Moyen Âge. Hôpital et léproseries dans le Val de Saint-Dié aux XIVème et XVème  siècles« .

Docteur en histoire, Damien Parmentier est vice-président de la Société Philomatique Vosgienne.

Animations avec Lorraine-Québec les 25 et 26 mars

Comme annoncé en juillet dernier, les animations 2017 à la chapelle débuteront lors de la dernière semaine du mois de mars (l’après-midi des 25 et 26) en partenariat avec l’Association Lorraine-Québec. Il sera bien sur question du sirop d’érable, spécialité de la Belle Province, mais aussi de francophonie. Rappelons à ce sujet qu’au Québec on ne dit pas « week-end » mais « fin de semaine ».

Le samedi 25 à 14 h aura lieu la dictée francophone de France Québec, organisée dans le cadre de la Semaine de la Francophonie. Les meilleures copies seront transmises à Lorraine Québec puis à France Québec avec possibilité de gagner de nombreux lots.

Plus d’informations dans l’article : https://www.chapelle-saint-roch.fr/2017/02/22/samedi-25-mars-a-14-h-dictee-francophone-de-france-quebec/

Dimanche 26 à partir de 14 heures : conférences sur le sirop d’érable et l’histoire du Québec, animations, parties de « pichenotte », un jeu traditionnel du Québec, dégustation et vente de produits dérivés du sirop d’érable et d’autres surprises.

Avec, comme en 2016, une vente de la Sève de bouleau de la Chapelle.

Plus d’informations dans l’article : https://www.chapelle-saint-roch.fr/2017/03/02/samedi-25-et-dimanche-26-mars-journees-francophones-avec-lorraine-quebec/.

Affiche de l'animation sur le sirop d'érable